Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
23 janvier 2014 4 23 /01 /janvier /2014 01:31

Manche 6 de 67 kil. Circuit en zig zag aboutissant sur une balise de goal à tourner en aller/retour.  

Rappelez-vous, une balise en aller/retour c’est une balise avec au moins 2 rayons aux diamètres différents. Ici, le jeu est d’aller chercher un rayon de 1 kil autour du goal, puis de s’en éloigner de 5kil et enfin revenir poser au goal.

20140122_184414.jpg

Petit résumé de la course.

Avec toutes ces histoires d’ailes « non homologuées » l’équipe est remontée à bloc, l’esprit au sein du team est « on va tous les bouffer ! », même pas peur. Et puis si on veut essayer de se placer il faut attaquer, donc feu !

Pour ma part je suis devant sur les 2/3 de la manche jusqu’à un point bas qui me fait perdre le peloton de tête. Cette longue transition dans "le bleu" sera fatal pour Jérémie et Joël qui poseront dans le fond de vallée. Mais sont les Urubus ???

1557564_534198556688342_2110369113_n.jpg

C'est du coeur de mon thermique salvateur que j'entrevois une "black-bird" profiter de mon « coup de mou » pour me passer sur la tête. L’effronté, c’est tout juste s’il a tourné la tête …  Honorin, en mode « je vais leur mettre une branlée à tous» est passé comme une fusée en direction du Goal et de l’aller/retour.

Tout juste remis de mes émotions et maintenant au plafond en direction du Goal, de nouveau j’aperçois une autre fusée, aile noire, tête rouge cette fois çi, qui me passe sous les pieds, lui aussi s’en tourner la tête !  J’ai malgré tout l’impression d’avoir aperçu sur son visage, un petit sourire en coin qui en disait long … Même plus le temps de se gratter le nez.

Notre maxime tout énervé, calé sur le même régime de vol qu’ Hono, file ventre à terre pour le goal sans se retourner.

Eh les jeunes, vous tournez à quoi ??? Ca a l'air puissant! Je peux essayer !? Perso, le Red bull ne me fait pas cet effet là!

20140122_173256.jpg

C’est Honorin qui termine en tête la manche au temps, suivi de très près par Maxime. Félicitation les jeunes.

Luca et moi terminons aussi la manche mais derriere le groupe de tête ... en position "pas si pire".

 

JMarc

Partager cet article

Published by ABAC Team
commenter cet article
22 janvier 2014 3 22 /01 /janvier /2014 02:50

Salut à tous,

 

Pour notre 5ème manche, enfin du vent de cul qui permet de lisser les performances des machines et apaiser le temps d'une manche les tensions.

 

Environ 60km dans un ciel partagé entre soleil et débordements nuageux en altitude provenant des cunimbs. Dès le départ, Max et Jo à l'attaque bien devant. Les autres derrière mais déjà le premier piège...

 

Plus de nuage, on a le choix de se jeter dans le soleil ou prendre entre les deux, ou encore comme moi partir à l'opposé sous une rue à l'ombre. Tout le groupe de tête se jette au soleil, mauvaise option, pas mal posent. Quelques uns passent au centre, c'est pas si mal et moi je pars à l'opposé, je choppe une pseudo conflue de front sous la rue.

 

On arrive sur une balise que l'on doit claquer à 1km en entrée, puis sortir de 5km de celle-ci pour la refaire une deuxième fois à 1km. Une cinquantaine de pilotes encore en l'air. Je suis bien placé, les autres du team posent à l'exception de Jérèm. Quelques gouttes de pluie, un niveau 3 et des éclairs, je sens que cela devient pourri, je joue la carte de l'annulation et pars en ligne droite abandonnant mon thermique pour parcourir le maximum de distance...

 

Malheureusement, le temps se maintient encore 30mn avant d'avoir de la vraie pluie et la manche n'a jamais été stoppée. Jérèm en profite pour passer devant et finir à la 23ème place. Pour ma part je suis 42, pas si mal mais frustrant compte tenu de la mauvaise option finale.

 

Je crois que pour la première fois de cette compétition le live tracking a marché correctement donc vous pourrez peut être nous suivre jusqu'à samedi pour la dernière manche. Prenons du plaisir à voler malgré les polémiques qui nous entourent, cela finira par s'arranger et tout rentrera dans l'ordre j'en suis sûr.

 

Bons vols hivernaux:)

Hono

 

(désolé je n'arrive pas à mettre de photo avec cette connexion en carton)...

Partager cet article

Published by ABAC Team - dans SF Brésil 2013-14
commenter cet article
20 janvier 2014 1 20 /01 /janvier /2014 23:21

 

Bonjour !

 

Nous sommes montés ce matin au décollage sous un ciel baché, mais il est vrai que Governador, c'est un peu comme une boîte de chocolat. On ne sait jamais sur quoi on va tomber.

Malheureusement, nous ne vivons pas dans un film de Robert Zemeckis, et le ciel est resté fermé jusqu'à ce que la manche soit annulée.

DSC01681

 

Entre temps, nous avons eu le temps d'écouter attentivement la position qui a été prise par la PWC sur l'affaire des voiles Ozones.DSC01700

Je vous copie à la fin de cet article le communiqué officiel de la PWC, mais pour résumer :

 

La compétition continue, Ozone ayant certifié solennellement que les ENZO 2 sont en conformité avec le modèle qui a été testé et stocké chez Air Turquoise.

 

 

A la fin de la compétition, la PWC enverra une voile de chaque marque (celle du pilote qui sera le mieux placé dans la compet ainsi que celles du podium) afin de les faire contrôler par le laboratoire qui a certifié ce ailes, au besoin avec des vols de test. Si les voiles ne sont pas conformes, tous les pilotes volants sous cette voile seraient disqualifiés et un nouveau classement serait publié.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

DSC01696L'ambiance ici s'en ressent et les discussions tournent principalement autour de ce sujet.

J'espère que nous pourront faire une belle manche demain histoire de se changer les idées (et peut-être aussi montrer que l'on est capable de faire mieux)...

 

A demain

Lucas (pour Jöel, qui a pas mal de travail avec les voiles en ce moment...)

 

 

 

 

 

 

 

 

La décision de la PWC

After several meetings, here is the outcome :

Glider Checking

Some of the gliders so far tested have been found to have a trailing edge
longer than that of the glider submitted to Air Turquoise for certification.
As far as the PWCA can determine, this measurement is not specifically
mentioned in the EN norm and no tolerance is provided. In emails reproduced
below, both Alain Zoller and Harry Buntz confirm this. Alain also states that
it may not be possible to determine whether the glider conforms to
certification without further flight testing.

The PWCA is not a testing house and is not professionally qualified to
determine whether a particular glider is certified or not. Therefore there is
no option other than to continue the competition as normal, but to keep the
results provisional. The top ranked gliders from the three top manufacturers
will then be sent to the relevant testing house to verify whether they are
certified in their current configuration.



Alain Zoller Email:

That is tricky to answer, I'll say:
to have better idea of the real differences you have to compare the
measurement btw official user's manual from manufaturers, our measurement and
what you measured on the physical glider. Even check few gliders to be sure
about the production.

The consequences of such of difference can really make the glider out of the
certification, not really through the standards because I just realised is no
tolerance at all for these kind of measurements.

What is difficult to know if the tension of the glider in flight will make
the difference for to call the glider certified. I guess only the flight test
can actually show if the physcal glider have the   same behaviour as the
certified one.

My personnal point of view, this glider doesn't fit the sample how was
certified.

Harry Buntz Email:

we normally store only the tested samples. We do not measure the trailing and
leading edge in certification procedure. We store the glider as a sample that
we can compare it if there are problems, like now.

You have to ask the manufacturer which are the tolerances of the wingspans,
while we do not have anything to compare.

We could test flight the wings with different wingspans to tell you the
difference.
For sure there will be a small difference in the span, but we are not the
specialist of production tolerances.bis

Partager cet article

Published by ABAC Team
commenter cet article
19 janvier 2014 7 19 /01 /janvier /2014 23:29

 

Bonjour à tous

 

La manche d'aujourd'hui a été annulée au profit d'un jour de repos qui est obligatoire pendant cette finale.

J'ai d'ailleurs du mal à comprendre l'absolue nécessité de ce repos forcé alors que nous ne faisons ici en moyenne que trois heures de parapente par jour... Qu'il soit possible de prendre un jour de repos si vraiment nous faisons de gros volumes de vol me paraît interressant , de là à le rendre obligatoire...

P1130656

Je pourrais donc arrêter ici ce petit compte rendu car le team n'a pas vraiment brillé hier avec Max qui fait le meilleur résultat à la 59 place. Quand à moi, je finis 97 ieme, ce qui ne m'étais pas arrivé depuis longtemps.

 

La journée avais pourtant bien commencée avec un beau start de 120 pilotes qui s'élancent ensemble vers la première balise. La voile « camouflage » aux couleurs sombre est passée (à part les voiles du team) et la grappe est bien multicolore !

 

P1130660D'entrée le rythme est plus lent que les autres jours car le ciel est légèrement voilée et les thermiques plus faibles. Nous arrivons à attraper quelques cumulus et le groupe avance d'un bloc face au vent. Seuls une quinzaines de pilotes ont choisis une autre ligne.

Un voile plus épais avance doucement et la ville est dèjà complètement à l'ombre. Les cumulus commencent à s'effondrer mais nous arrivons à continuer à avancer doucement alors qu'il devient clair qu'il va être difficile de boucler.

 

Les plus hauts placés arrivent à claquer la balise avant de faire quelques km de plus et c'est Andreas Malecki qui gagne la manche

P1140662

 

Je vais quand même vous parler de ce qui se passe dans les coulisse de cette finale et qui concerne les voiles.

Celles-ci ont été homologuées et il est bien évidemment interdit de les modifier. Pour contrôler que les voiles sont conformes à l'homologation, la PWC a demandé à Joël Debons de vérifier certaines voiles (dont celle des vainqueurs de manches).

Les deux dernières voiles contrôlées sont des Enzo 2, et il s'avère que le bord de fuite des deux voiles controllées sont 40cm plus long que ce qui a été homologué.

La PWC est donc en train de se renseigner auprès des organismes d'homologations pour savoir si ces voiles sont encore dans les critères de l'homologation.

Nous aurons peut-être une réponse demain mais quelle quelle soit cela risque de ne pas rester sans suite...

 

Voilà je vous laisse sur ces interrogations et j'espère que la PWC saura prendre la bonne décision car ce sujet pourrait bien impacter cette finale et même nos futures compétitions.

 

Je vous souhaite une bonne soirée et à demain pour une belle manche j'espère...

 

Lucas

Partager cet article

Published by ABAC Team
commenter cet article
18 janvier 2014 6 18 /01 /janvier /2014 12:37

Bom gia,

 

Thème du jour : le changement de rythme.

En effet, du matin le ciel a moins fière allure que les jours précédents, un front semble arriver au loin, plus d’humidité, plus d’ombre donc des thermiques moins forts.

                                        photo (1)

La manche proposée fait environ 75 kms. Toutes les balises sont au Sud du décollage avec de grands rayons.

Le début de manche se fait dans des conditions calmes avec des plafonds moins hauts. Il faut être patient bien optimiser les ascendances et  guetter ce qu’il se passe autour de soi car les pilotes sont éparpillés au-dessus de la pampa Brésilienne (les balises au grands rayons multiplient les options) et certains thermiques sont meilleurs que d’autres. Les replacements sont importants. Les deux premières balises se font ainsi.

                                         image (2)

Petit à petit un vrai gros groupe se reforme et les conditions aérologiques s’améliorent grâce au retour du soleil. Les thermiques forcissent, les sourires réapparaissent et le rythme de vol s’affole.

Ce premier changement de rythme est assez évident et facile à mettre en route : « push- push ». Nous arrivons à la troisième balise, pas très haut, dans une petite vallée toute ensoleillée. Un cycle tout neuf nous catapulte, nous devons maintenant franchir cette même balise avec un rayon de 7 kilomètres à franchir en Exit à l’endroit de notre choix. Nous retournerons la faire une troisième fois avec un rayon de 400 mètres en entrée qui fait office de End of Speed Section (fin du chronomètre).

Les cumulus les plus attirants sont à droites, le groupe de tête fonce donc à l’est. Un autre bon thermique nous ressort et gaz. Nous sortons des 7 kms, demi-tour puis  à fond jusqu’au dernier cylindre pour valider les points temps.

Nous traversons de (très) bons thermiques mais la course est plus forte que le changement de rythme prochain et la majorité des pilotes ne s’arrête pas pour monter.  Je pars bille en tête et passe le rayon premier suivi de près par un paquet de voiles.

Nous passons le cylindre bas et un épais voile nuageux a fortement diminué les thermiques. L’atterrissage est encore loin (11 kms) et il faut remonter. Le temps ne compte plus mais pour valider la manche il faut aller poser comme les autres jours, à Governador.  

Un gros groupe (les plus bas) pose dont Honorin, Maxime et moi, dommage, quelques mètres de plus auraient été suffisants pour s’extraire. Il aurait fallu s’arrêter enrouler avant.

Les survivants luttent pour remonter et une trentaine rejoindra l’atterrissage. Aucun pilote du team Abac.

Cela sert de leçon, mais la plupart des pilotes va discarder (supprimer) cette manche quand 4 auront été courues.

La météo des prochains deux jours semble médiocre. A confirmer.

Les résultats seront disponibles sur www.pwca.org

A bientôt

Jérèm

 

 

Partager cet article

Published by ABAC Team
commenter cet article
16 janvier 2014 4 16 /01 /janvier /2014 21:19

Salut à tous,

 

une deuxième manche dans l'escarcelle pour cette superfinale brésilienne, et une bien belle de surcroît ! Les conditions sont, comme dirait les américains (qui ont retenu ma valise en otage tellement longtemps, qu'elle n'est pas encore arrivée...) "awesome", ou en portuguais: "tobom" (ou un truc dans le genre).

 

Superfinale-2013-14-Bresil-Valadares 1488

 

Dès ce matin, le ciel avait fière allure, laissant entrevoir une bonne partie de vol entre amis. Mais la compétition est aussi là où on ne l'attend pas. Par exemple dans la recherche d'ombre au décollage, pour éviter de finir en écrevisse bien saisie !

 

Mais une fois en l'air, tout devient plus supportable, de la chaleur à la pesanteur existencielle de 130 âmes tournoyants de concert dans les bulles evanescentes de sortie de décollage. 

Après une petite heure à jouer à cache cache dans les barbules, les fauves sont lâchés !

 

Cinq balises nous attendent, pour une distance totale de 80 kilomètres. Contrairement à hier, où le début de compétition donnait un rythme parfois timoré, aujourd'hui tout le monde vole à bloc. La vitesse superfinale est enclenchée, les quadri chauffent sur l'accélérateur !

 

Superfinale-2013-14-Bresil-Valadares 1490

 

Les BlackBirds IP7 pro camouflage style sont dans la place (du groupe de tête) et nous avançons rapidement sous les volutes blanches qui nous aident à trouver notre chemin dans le cosmos brésilien. Petit bémol, les thermiques sont hyper mobiles et leur centrage compliqué. La vision est donc primordiale pour se replacer rapidement sur les grappes à proximité qui trouvent les meilleurs noyaux. Une qualité indispensable à ce niveau de compétition.

 

Après les deux premières balises, nous revenons pour un passage mémorable au-dessus du déco, installés dans un superbe 5m/s qui confine au sublime ! Mais il n'est pas encore temps de se relâcher, la chevauchée finale approche rapidement. Je commets une erreur, trop à l'attaque et trop à droite de la ligne du groupe de tête, obligé de me replacer sous la grappe, contraint à voler plus bas si je veux me rattraper. Heureusement, Jérem vient me tenir compagnie et nous réussissons tant bien que mal, malgré nos 300 mètres en moins, à maintenir la vitesse pour nous intercaler dans le glide final derrière les premiers, et devant le gros de la troupe.

 

Superfinale-2013-14-Bresil-Valadares 1496

 

Les résultats n'étant pas encore sorti, je ne peux pas vous donner les places exactes. Mais Honorin rentre dans les 10; Jean-Jean, Jerem, Lucas et moi autour des 20/30; Joël arrive un peu derrière suite à un point bas récalcitrant.

Une fois sortis, ils seront ici: http://pwca.org

 

Demain devrait encore être une belle journée ! Restez connectés !

 

Max

Partager cet article

Published by ABAC Team
commenter cet article
15 janvier 2014 3 15 /01 /janvier /2014 22:17

Et bien nous y sommes. Après un, deux, ou trois vols d’entrainements selon les arrivées de chacun nous et les péripéties des voiles et bagages perdues par les compagnies aériennes,  la première manche de cette Finale de la Coupe du Monde 2013 est lancée.

20140113_132522.jpg

9h30 les bus nous attendent pour nous monter au déco. Les conditions météo paraissent différentes des derniers jours,  un voile d’altostratus s’est perché au-dessus des premiers cumulus et masque notre astre préféré.  

20140115 162231

10h30 les premiers bus arrivent au déco. Pas énormément d’ensoleillement vu d’ici non plus mais j’ai déjà connu pire comme conditions météo sur ce site, ça va être une journée classique de Governador … ombre et thermiques mous … Et bien non, le voile se déchire et laisse cours à une belle journée thermique.   


13h00 la fenêtre d’envol est ouverte pour une manche en A/R de78 kilomètres. Collé pour la plupart sous la base des cumulus, le Start ouvre à 14h00 dans un feu d’artifice de parapentes. Les conditions thermiques sont excellentes, les machines sont poussées à bloc et nous volons à un train d’enfer.

20140115_163737.jpg

Le vainqueur de la manche est un Français … suspens …  un pilote du team ABAC … re-suspens … il est Normand … il n'est pas bien vieux  … c’est, c’est, c’est  notre Honorin National ! Yes ! Félicitation Hono !

20140115_163753.jpg

Et avec ça, c’est aussi le plus couillu de nous tous, car si le garçon n’arrive pas à pouvoir compter les pâquerettes au sol, en vol, c’est qu’il se trouve trop haut ! C’est son côté Normand.  


 Explication. Avec un secteur temps d’un rayon de 5 kilomètres avant le Goal, ça veut dire qu’après avoir passé ce secteur, il reste 5 kilomètres à faire pour valider sa manche, Hono quitte le thermique pour passer ce rayon raz par terre, dans les collinettes et à … 50m sol … !!! Et 50m, je suis large.  Ah ces jeunes …

Je veux bien croire que l’IP7 a une finesse de ouf mais 50m de gaz pour parcourir les 5 kilomètres qui lui reste à faire pour passer la ligne, il est gonflé le garçon ou alors il a un truc … de la poudre magique à thermiques ??? J’en prendrais bien un sac de 50 kilos moi … Comment ça, ça n’existe pas … !? Ah bon! Comment ? Du talent … vous croyez ? Ben oui je crois bien aussi, beaucoup de talent effectivement!

20140115_170255.jpg

M’enfin ne nous endormons pas, demain manche 2, et celle-là elle est à qui ? Hein !? A qui ??? Qui a dit Honorin  … !? Mais non elle est à moi !

 

JMarc

Partager cet article

Published by ABAC Team
commenter cet article
8 janvier 2014 3 08 /01 /janvier /2014 14:32

Salut à tous !

 

Et voilà on pars déjà demain matin pour la SuperFinale 2013 au Brésil - Valadares ! Quelques uns d'entre nous partent plus tard. Nous serons 6 sur 8 pour le Brésil, Tim reste étudier et Simon travailler Mais ils nous rejoignent pour enchainer sur le Mexique - Valle de Bravo, première coupe du monde 2014 où nous devrions être 5 ou 6. Espérons de beaux résultats ou tout du moins de prendre du plaisir à voler dans de tels lieux.

 

https://www.facebook.com/notes/steve-barton/pwc-super-final-2013/10151885967067817

 

Au passage BONNE ANNEE à tous

 

Suite à de fortes inondations au Brésil dans la région où nous devions aller précédemment (Baixo Guandu),

nous changeons de région et cela va être l'occasion de découvrir un nouveau site de vol, Valadares - Governador.

La compétition se déroulera du 15 au 25 Janvier mais nous avons quelques jours d'entraînement juste avant.

 

Pour la Coupe du monde 2014 au Mexique, cela sera du 1er au 7 février. Un mois non stop avec le Brésil ! 

 

https://www.facebook.com/notes/steve-barton/pwc-super-final-2013/10151885967067817

 

Une petite vidéo pour voir le lieu !

 

 

Pour suivre la course en direct, il y aura du livetracking, le site et les infos seront disponibles sur celui de la coupe du monde : http://www.pwca.org/

 

On a reçu nos voiles il y a deux jours et j'ai pu essayer la mienne. L'IP7 Pro, très bonne maniabilité, une jolie corde et un bel allongement qui nous rappelle les anciennes IP5. Une grosse vitesse accéléré, j'ai fait un peu mon timoré dans les pétards hivernaux accéléré à fond. Je suis un peu rouillé de la haute vitesse, d'ici une dizaine d'heures le pied sera bloqué au fond du cocon . De très bonnes sensations pour un début, cela promet !!! Et le ABAC en intrados-extrados, de la tuerie !

 

Allevard 06 janv 14 (6)

 

Allevard 06 janv 14 (7)

 

Allevard 06 janv 14 (14)

 

Allevard 06 janv 14 (12)

 

A très bientôt dans l'hémisphère Sud ! See you in Brazil !!!

Hono

 

Allevard 06 janv 14 (2)

Partager cet article

Published by ABAC Team
commenter cet article
6 décembre 2013 5 06 /12 /décembre /2013 11:08

Salut tout le monde!!

 

Une petite news toute simple, pour préciser que nous avons quand même, ATTENTION aux yeux !!!! , 5 pilotes du team ABAC dans le top 10 au classement mondial!!!!!!!!

 

Trop forts les gars !!!! :p

 

 

Capture-d-ecran-2013-12-06-a-11.33.56.png

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

   link

 

 

 

cham-shot 2186

 

 

A bientôt

 

TIM

Partager cet article

Published by ABAC Team
commenter cet article
21 novembre 2013 4 21 /11 /novembre /2013 00:37

Salut à tous et bonne lecture !

 

IP6 NIVIUK-ABAC

Quixada-2013 1362 

C'est parti pour Quixada au Brésil dans la région Ceara. A 2h de Fortaleza, c’est « the place to BE » à l’approche de l’hiver pour réaliser des cross de folie et tenter des records. Une météo exceptionnelle permettant presque tous les jours à au moins un pilote de réaliser plus de 300km. C‘est aussi une région peu touristique et les gens y ont vraiment le cœur sur la main. Il faut essayer de se mettre au Portugais car l’Anglais ou l’Espagnol dans les zones reculées ce n’est pas le pied. Quand on arrive à saturation du vol cross, la plage n’est qu’à 2h de route et on peut facilement aller kiter ou faire du soaring en bord de mer avec des paysages somptueux (Canoa Quebrada par exemple).

 

Atelier couture à Quixada un jour off

DSC05185

La quête du record commence fin 2012 par la prise d’informations auprès de Didier De St Etienne, un habitué de Quixada et un bon ami du pays de plaine. Quelles sont les caractéristiques du site ? Les enchaînements plaine-montagne ? A quelle heure peut-on décoller et partir du site ?... Mais surtout, par une analyse précise des traces de plus de 300km que l’on avait regroupées et partagées entre nous via DropBox et un fichier Google Earth. « Nous », les Français présents à Quixada : Stéphane Drouin, Didier Mathurin, Lucas Bernardin (ABAC-NIVIUK team), François Ragolski, Didier DSE, Olivier Michelsen et bien d’autres qui n’ont pas démérité.

 

Pour ceux qui connaissent, c'est une teigne !

DSC05078

L’objectif principal était le Record du monde en ligne droite de 502,9km détenu par Nevil Hulett (RSA) http://www.fai.org/civl-records Mais on s’est vite ravisé sur moins ambitieux, car les conditions cette année sont particulièrement humides et après le kilomètre 300, le ciel s’assombrit souvent. De plus, quelques zones aériennes réglementées sont mal placées et nous empêchent de tirer droit vers l’Ouest. On a donc opté pour le record du monde à but déclaré, détenu par 4 Brésiliens avec 420.3km. Cela sera donc 423.5km, il ne faut pas être trop ambitieux au risque de le louper. Le principe, deux balises cylindriques de 400m de rayon à passer pendant le vol, une devant le décollage et l’autre à l’autre bout. Sur la distance finale on enlève bien-sûr 800m (400+400, 2* le rayon). On a le droit de continuer après le goal, mais impérativement passer dans le cylindre de celui-ci, donc bien prévoir la dérive !!!

 

Le rocher du déco

DSC05206

Une bonne préparation physique (entretien PPG, badminton, rando, compétitions de distance et CFD) et mentale toute l’année est primordiale. Un passé en Licence STAPS mention Entraînement me permet de bien m’organiser au niveau planning et nutrition afin d’arriver prêt à chaque étape importante. Avant de partir, question matos : une Icepeak 6 NIVUK – ABAC (voile) réglée au millimètre, une Drifter (sellette), de la nourriture sous forme de barres ou compotes pour tenir le choc en vol, deux bons GPS, un hamac si jamais on pose dans un no man’s land, beaucoup d’eau et des Penilex indispensables aux besoins naturels pendant les potentielles 11h de vol. Tout un tas de bricoles plus le SPOT, un petit boitier qui permet aux organisateurs de la récupération de nous suivre et nous trouver rapidement grâce aux coordonnées GPS envoyées toutes les 10min. Il sert aussi à nous pilotes pour demander de l’aide si besoin ou indiquer que l’on est posé en sécurité…

 

Wings....................

DSC055913

Le premier vol le 3 novembre de 170km a servi de prise de marques pour optimiser la route sans se mettre en danger si jamais cela pose. Certes à certains endroits il faut marcher quelques heures, mais c’est toujours posable ! La meilleure route est de suivre, plus ou moins décalé de 20km de l’axe, les villes suivantes : QUIXADA – MADALENA km65 – MONSENHOR TABOSA km 120 – NOVA RUSSAS km 180 – PORANGA km 220 – PEDRO II km 280 – PIRIPIRI km 320 – BARRAS km 380 – MIGUEL ALVES km 445. Je me suis fait arrêter par une belle ligne de pluie infranchissable, cela met dans l’ambiance humide de l'année en cours.

 

L'axe de départ par le Sud (jamais utilisé)

DSC05572

Le mythe du décollage de Quixada c’est le vent très fort et l’heure précoce du déco. Les premiers jours c’était plutôt tranquille mais c’est vite devenu assez soutenu. Heureusement on paye Paolo, un local qui guette les accalmies et nous trouve de bons créneaux pour décoller. Nous avons aussi impérativement trois ados qui nous tiennent la voile, indispensables car entre les accalmies il y a des rafales monstrueuses. Je décolle souvent en premier quand c’est encore fort pour partir tôt après avoir fait une balise 1.5km devant le déco.

 

Le grand maître Paolo

DSC07102

 

Paolo vient te mettre en garde sur les conditions avant chaque déco à vent très soutenu, petit signe de croix puis " tu choisis de décoller, tu prends ce risque, je vais essayer de te trouver le meilleur moment et après tu pousses le speed bar ! ". Cela met dans l'ambiance de suite ! Il faut être très concentré dans ces conditions, à peine retourné, il faut pousser l’accélérateur pour ne pas se faire reculer sous le vent ou dans l’antenne de 20m juste derrière. Tant que les cailloux n’ont pas finesse 3 c’est bon 

 

 

Le déco et l'antenne

DSC06991

 

Une fois en l’air, ne pas trop s’approcher du caillou, sinon marche arrière assuré dans la compression, donc aller chercher l'ascendance devant ! Décollage à 6h50 le plus souvent et départ entre 7h30 et 8h. Les conditions sont faibles à cette heure-là et on s’accroche à tous ce qui passe pour rester haut. 1200m de plafond en moyenne, quelques appuis et un sol à environ 300m.

 

Mickaël retrieve man

DSC07038

 

Beaucoup de crème solaire !

DSC07034

 

Le 6 nov, Lucas est arrivé et nous réalisons ensemble notre premier 320km. Record perso battu (264km en France 2013) et égalisé pour Lucas (320 ici même l’année précédente). On stop volontairement notre vol à Piripiri car le ciel n’est pas fameux, un gros voile d’altitude attenu les thermiques. Comme cela, 7h de 4*4 sur des pistes pas très bonnes, rentré 23h et levé 5h pour repartir le lendemain et ne pas louper peut être "LA" journée ! Il est très difficile de tomber sur une masse d’air homogène sur plus de 500km, pour les volants, imaginez de jolis cumulus traversant la France de Colmar en Alsace à Monaco dans les Alpes-Maritimes, c’est presque impossible…

 

Grappe avant le départ, après c'est alone !

DSC06994

 

Ici, on voit à grande échelle pour réaliser de grands vols et on change plusieurs fois de masse d’air pendant un vol donné, il faut s’adapter à toutes les conditions, aux changements de rythmes et à l’inclinaison du soleil. Une fois rentrés, on étudie nos traces et on corrige nos trajectoires pour optimiser la distance et perdre le moins de temps possible.

 

La Drifter - Niviuk

DSC07045

Le 7 nov, juste quelques heures pour dormir puis de nouveau un vol magnifique de 410km en ligne droite et 425km en distance 2 points. L’axe du vent après Piripiri (km 320) ne nous a pas emmenés sur le but fixé, mais nous avons partagé à 4 français ce vol difficile et tant attendu. Nous posons sur le même stade de foot perdu dans la pampa à 18h juste avant la nuit Stéph, Oliv, Lucas et moi.

 

Hum quel ciel !

PB070390

 

Pedro II km 280 nous voilà !

PB070405

 

On rentre dans le cercle fermé des pilotes à plus de 400km et c’est une grande joie de ne pas l’avoir réussi seul, 4 pilotes, des expériences différentes tout au long du vol et des souvenirs gravés à jamais dans nos mémoires ! Le départ fut éclaté, chacun dans son coin, des points bas, du déchet mais au final, on se retrouve à 4 au km 260 pour s'aider à trouver les derniers thermiques qui nous mèneront à 400+.

 

Le posé sur le stade perdu dans la pampa, juste avant la nuit

Quixada-2013 1376

 

Tout le monde bat son record personnel sauf Stéph qui a réalisé 415km en Afrique du Sud il y a 2ans. 11h05 de vol, cela mérite un bon repos le lendemain. Je suis tout de même monté au décollage mais j’ai abandonné l’idée de décoller, trop dangereux, un peu trop dans le flou en ayant dormi seulement 2h. Je laisse la journée aux autres intérieurement frustré mais sachant bien que j'ai pris la bonne décision.

 

Les 4 du 400+ et une caïpi biensur !

DSC07200

 

ABAC Team fatigués

PB070421

Le 9 et 10 nov, ayant appris des erreurs de trajectoire précédentes, je réalise de nouveau deux vols à 340km et pose volontairement à Piripiri avec comme point positif, avoir gagné du temps sur certaines parties. Le ciel est décidemment capricieux dans cette zone, cela bâche très très vite en fin de journée, trop d’humidité. C’est d’ailleurs bien visuel, on passe d’une zone désertique avant Pedro2 à une zone bien verte sur Piripiri et au-delàs... J’essaye de garder cette constance, éviter les pièges aérologiques du terrain et ceux de l'ensoleillement pour être présent la bonne journée au km 300.

 

Au déco, chaussures verte biensur

DSC07051

Le 14 et le 16nov, 320 et 370km. Encore et toujours la même humidité, mais lors du 370km j’y ai tout de même cru avec les 3000m de plafond. Il ne fallait pas grand-chose de plus pour que la masse d’air reste correcte, du coup j’ai poussé plus loin pour tenter et posé à côté de Barras. Je commence à fatiguer et je ne volerai pas le lendemain. Gestion de la fatigue oblige car c’est quand même engagé ici !

 

Fin de vol du premier 400+

PB070414

 

Quand cela se bâche à Piripiri km 320.... cela donne çà.....

Quixada-2013 1368

 

Ou çà

Quixada-2013 1341

 

Après six vols à plus de 300km (327 – 425 – 342 – 345 – 324 – 369), 2132km parcourus

et 56h de vol, c'est finalement le 7ème qui fut le bon !

 

433.9km en ligne droite,  438.4km en 2 points

 

ET


423.5km déclarés et réalisés  

WORLD RECORD to declared goal (old 420.3km)


http://parapente.ffvl.fr/cfd/liste/2013/vol/20137703


http://www.xcontest.org/world/en/flights/detail:Honorin/18.11.2013/10:31 

 

Faudra boire un coup avec moi pour la version longue et les détails !

 

Dès fois au déco c'est bâché mais faut y croire

Quixada-2013 1331

 

Arrivé au premier lac pour la partie plaine du départ km40

Quixada-2013 1337

 

Pour résumer, on décolle tard vers 7h30 car le vent était trop fort au décollage, le ciel était bleu le plus souvent mais les dusts bien présents  En gros on est parti à 8h du site et on pourrait gagner 30min pour un autre record. Pour une fois, la météo annonce plutôt sec sur Piripiri, il faut donc y croire.

 

Au cum !

Quixada-2013 1360

 

Miam !

Quixada-2013 1364

Comme d'habitude, il faut tenter de rester haut sur le départ car cela pose vite... Dès le début, on prend des chemins différents avec Stéphane DROUIN (420km) et on arrivera jamais à se rejoindre pour être plus efficace, pourtant on a essayé, on se tenait informé de notre avancement en radio. http://www.xcontest.org/world/en/flights/air-buddies#joint_flights=Honorin/18.11.2013/10:31@flight_multi=461113|461112

 

Quelle belle zone de forêt, Lucas tu reconnais ?

Quixada-2013 1369

Première frayeur au kilomètre 35, je suis bas, j'ai loupé les cycles et suis obligé de me jeter sur le dernier petit relief avant la plaine, en soaring scotché face au vent. Je vois des oiseaux devant et j'attends qu'ils arrivent à moi, des Urubus (vautours locaux) qui enroulent pendant que je descends. Sauvé, je rentre enfin dans un +2m/s. Je fais le plafond vers 1500m, déjà bien haut pour l’heure. J’avais fait la même quelques jours auparavant mais avait posé km 40 car je m’étais jeté en plaine pour poser tranquillement dans un grand champ. Dès fois il faut savoir insister 

 

Un autre ciel au déco, cela sent bon !

Quixada-2013 1387

Première journée bleue et une petite couche d'inversion à péter vers 1800m. De grosses dégueulantes entre les thermiques mais quand il y en a un on le sent, péteux et complexes à dérivés, pas simple de tourner dedans sans se faire éjecter, bref faut s’accrocher.

 

km 260 à 4 lors du 400+

Quixada-2013 1373

Vers Madalena les 70 premiers kilomètres pas de problème je reste haut en plaine. Puis vient le plateau de Monsenhor Tabosa km 130 qui monte vers 700m alors qu’il est tôt et qu’on a pas non plus des plafonds énormes. C’est un point clé du vol qu’il faut passer comme on peut. Je décide de passer dans le col à 99km/h dans la compression en vitesse de pointe, histoire de ne pas contourner la montagne et gagner du temps. Bon derrière c’est la plaine mais cela descend et je m’attends à ce que cela bouge sous le vent, ni une ni deux -6m/s et joli point bas derrière les montagnes, je pousse le troisième barreau pour sortir de la zone et trouve un bon thermique à l’abri du vent. Coriace mais je garde la voile bien ouverte, à 10h30 les thermiques deviennent plus larges et plus simples à enrouler.

 

Direction Nova Russas km 180

Quixada-2013 1366

 

La même le jour du record, beaucoup moins réjouissant

Quixada-2013 1384

Je n’arrive pas à faire le plaf 2000m et parts dans la plaine de Nova Russas complétement bleue et remplie de dusts. Objectif, midi sur le plateau de Poranga au km 200. Double-points bas juste avant Nova Russas, sorti sous le vent d’un petit village dans un thermique de l’espace la première fois et sur une belle zone contrastée la deuxième fois proche d’un petit étang. Bon va falloir rester haut à l’approche du plateau car je me suis toujours fait avoir là-bas, je n’arrive jamais à bien le négocier au risque de poser. Petit sandwich préparé le matin même pour rester concentré et une gorgée d'eau tous les quarts-d'heure. Malheureusement j’arrive sur le plateau de Poranga à 850m et pourtant étant parti à 2350m. Il est 12h30, j’ai pris un poil de retard sur le 500km (1h) mais le but fixé est encore jouable.

 

Nova Russas km 180

Quixada-2013 1395

Comme d‘habitude, à l’attaque du plateau à 750m, je suis bas et avec la compression à la cassure de la pente, en marche arrière à 10km/h. Pas le choix je saute le plateau les pieds dans les arbres. Une petite piste abandonnée pour poser, pas grave j’y vais, si jamais cela monte je prends sinon je marche toute la journée. Bingo, j’enroule et fais presque le plafond à 2500m. Je commence à connaître le départ du thermique du coin, passant toujours ras par terre à cet endroit.

 

Sur fond blanc

Quixada-2013 1371

 

Après ça, je peux vous dire que je suis resté haut, plus envie de faire de points bas à me demander si je passe la forêt ou pas si jamais le thermique me lâche, à me dire là tu vas marcher, à sortir le rétro pour poser... ! Passé le plateau le vent se calme et la dérive est à 15-20km/h, en gros 60 vent de cul. Mais il ne faut pas chômer car vers Piripiri le vent baisse tout le temps. C’est pour cela que cela bâche souvent, surdéveloppements et étalements nuageux.

 

Plateau de Poranga km 220 le jour J, mieux vaut ne pas poser

Quixada-2013 1398

 

Une autre un jour de cums, méfiance avec les zones d'ombre...

Quixada-2013 1392

 

Sur le plateau, je reste haut sur 50km mais à l’attaque du troisième, celui de Pedro2 km 270, je fais mon 5ème point bas. Je change de masse d’air, il fait vraiment plus chaud, c’est plus stable et plus vert  mais des barbules apparaissent satellisées. Il faut trouver les zones de départ cette fois car les dégueulantes sont grosses et les thermiques très espacés. Je pousse sur mes élévateurs, grogne, crie, faut que cela monte !!! Du zéro...Et je trouve enfin grâce à des oiseaux qui enroulent le noyau, YES !! C’est l’heure de la meilleure partie, du thermique large jusqu’à 3200m notamment celui du lac que je vais chercher juste avant Piripiri.

 

Pedro II vu de 3200m, magnifique, je ne pouvais pas ne pas sortir l'appareil !

Quixada-2013 1402

15h à Piripiri km 320, c’est vraiment bien, je commence à croire que c’est faisable vu les belles barbules devant moi. J’enchaîne 3 plafonds à 3000 assez espacés car au final les cycles sont courts et j’arrive à la bourre. 360 juste avant Barras, le ciel se bouche, changement de tactique, il faut lever le pied. C’est assez impressionnant la vitesse à laquelle cela s’est couvert. Cela devient compliqué mais je m’applique à enrouler tout ce que je trouve pour rester haut et espérer un glide final avec un peu de restitution avant la nuit.

 

On se retourne pour apercevoir Piripiri à droite du lac...

Quixada-2013 1400

 

De plus près...

PB090427

 

A 16h45, il n‘y a vraiment plus rien pour moi et je pars en glide final à 3000m. Entre temps, le sol est bien descendu pour se retrouver quasiment au niveau de la mer, ce qui assure une belle distance pour la fin légèrement poussé par le vent. Départ à 34km du but fixé à 423.5km. Cela porte pas mal mais tout de même moins que lors de mon 407.44km…

 

Fan club au posé à Piripiri km 320 avec Lucas

PB060387

 

Suspens, quand on lit sur le GPS une telle distance restant à parcourir, il y a de quoi prendre peur. L’heure des estimations, un parapente, finesse 10 à 3000m, je parcours 30km… Il en manque 4, mais il y a 10 de vent de cul et ma finesse moyenne est de 14, je pourrais parcourir 42km si la masse d’air reste plutôt porteuse. Il est tard, la forêt restitue légèrement et le sourire sur mon visage commence à se dessiner.

 

Boude pas demain cela va voler et oui il y a des jours ou c'est la tempête au déco...

DSC07157

 

Je regarde ma finesse et mon altitude une dernière fois, je suis sur le bon axe, ça y est je fais le goallllllllllllllllllllll !!!!!!!!!!!!!!!!!!! Le pied, je m’offre une petite barre de céréales pour fêter ça, une petite session photos et vidéos  et me laisse glisser tranquillement avec une immense joie.

 

Jolies méandres amazoniennes avant BARRAS

Quixada-2013 1406

Je dépasse le goal en vérifiant bien que mon GPS a claqué la balise et parcours encore 10km, soit un plané de 44km pour finir. Je suis la piste de Miguel Alves seul route posable, le reste c’est de la forêt, on se reconcentre, éviter la ligne, les arbres et les mobylettes… J’aligne sous les cris émerveillés des enfants et pose sur la route (qui commence à 5km du village) encore rêveur (10h05 de vol). Difficile de réaliser tout de suite, car il faut plier avant la nuit, activer le message OK spot… 

 

Fous ta cagoule ! 

Quixada-2013 1403
 

Stéph trouve une ligne magnifique plus à gauche derrière moi, vous pouvez voir sur le lien traces multiples donné précédemment, son glide final de plus de 50km en partant moins haut que moi à la même heure. Il pose 20min après et refait son retard sur la fin mais échoue à 6km du but déclaré. Il bat cette fois-ci son record personnel. Chapeau !

 

Bien bouché sur la fin du vol, très humide...

Quixada-2013 1407

Petite inquiétude lorsqu’il commence à faire nuit, tout seul sur la route avec des bruits bizarres en attendant la récup qui arrive finalement 1h30 après mon posé. Des serpents, des tarentules, des cochons sauvages, j’ai tout entendu  Je l’avoue je suis un peu froussard !

 

BARRAS km 380

Quixada-2013 1408

Ce n’est que lorsque je me fais récupérer avec Stéph déjà dans la navette, que mon cœur se rempli de joie et que l’état d’hyper activation fait place au repos. Les muscles se détendent et je flotte sur mon petit nuage.

 

Plané final, jolie lumière
PB070411

 

J’ai obtenu ce que je suis venu chercher, cela n’a pas était facile mais la persévérance paye. Croyez y vous aussi, travaillez dur et vous y arriverez. Ma devise : « Accroche-toi, à 20m sol t’es encore en vol » http://honoflywithme.over-blog.com/ - http://www.abac-team.com/

 

Là, c'est la fin !

Quixada-2013 1425

Beaucoup d’investissements personnel et notamment financiers pour gagner quoi dirait ma mamie en hochant la tête ? Pas d’argent assurément, mais pour apprendre à se connaitre, à se dépasser, à repousser les limites afin de réaliser le rêve de tout homme VOLER !

 

Et hop 400 et des bananes + le record au passage

Quixada-2013 1421

J’aimerais remercier toute ma famille pour son soutien, sans eux je n’en serais pas là !


Mes partenaires : NIVIUK – ABAC – CG50 manche – DRJSCS de BN – CDVL50 – Club des Archanges

 

Parawaiting

PB120442

 

Merci à Valéry, François et Lucas pour les quelques crédits photo.


Pour conclure, trois semaines magnifiques à Quixada, des centaines de kilomètres au compteur et des images plein la tête. On se retrouve pour la SuperFinale de la Coupe du Monde de distance dans un mois au Brésil - Baixo Guandu et peut être un jour pour  le 500km.

 

1ère Session kite à Canoa Quebrada

DSC05881

 

Bons vols !

 

Honorin HAMARD

Partager cet article

Published by ABAC Team
commenter cet article

Présentation De L'équipe

  • : Le blog du Team ABAC
  • Le blog du Team ABAC
  • : Les pilotes du Team ABAC Niviuk vous emmènent à travers ce blog sur différentes compétitions nationales et internationales de parapente. Récits de vols, de résultats, d'ambiance et de morceaux de vie. Partagez avec nous les moments forts du Team ABAC Niviuk.
  • Contact